mardi 22 novembre 2016

Des nouvelles de mon épinette en 2016

Tout d'abord il faut que je précise que suite à un problème informatique, l'adresse de ce blog a changé :
C'est maintenant : musimeca-epinette.blogspot.com

Depuis mon dernier post je n'ai pas beaucoup travaillé sur mon épinette ! Mais maintenant je reprends les travaux en commençant par une révision générale nécessaire après 4 ans ! Je relaterai ici les travaux de cette révision.

jeudi 5 avril 2012

C'est terminé ... (ou presque)

Cette fois ci j'ai terminé l'harmonisation et la construction de cette épinette.


Le premier accord a été effectué au diapason de 415 Hz avec le tempérament Kirnberger III. J'ai utilisé pour ce faire un accordeur électronique Korg OT12.

Quelques photos de l'instrument terminé :




 et puis j'ai commencé à jouer !

Comme le dit la notice il faudra encore beaucoup de temps pour terminer le réglage de l'instrument : déjà certaines notes me paraissent maintenant trop forte ou trop faible, certaines ne répètent pas assez facilement, etc...)

et puis je ne suis pas encore claveciniste. Le toucher est tout de même assez différent de l'orgue et la dimension des touches différente.

Lorsque tout sera réglé, je mettrai un peu de musique en ligne.

En conclusion de cette aventure qui aura duré presque deux ans, je dirai que j'ai appris beaucoup de choses et que la construction d'un instrument de musique a toujours pour moi un coté magique. En effet il ne s'agit pas seulement d'un bel objet (comme par exemple une maquette) mais d'un ensemble de matériaux bois, métal, tissus qui prennent vie pour pouvoir exprimer une œuvre musicale.

. . . .  et dans toute cette histoire c'est tout de même la musique qui est primordiale !





mercredi 4 avril 2012

Harmonisation

Il faut maintenant harmoniser l'instrument, c'est à dire équilibrer les notes d'un bout à l'autre du clavier. Trouver un son pas trop dur (caresser la corde plutôt que de la pincer) mais tout de même sonore.
Cela "est réalisé en taillant le bec ou plectre en delrin au moyen d'un scalpel.



Le bec se taille toujours sur sa face inférieur en étant posé sur un petit bloc de bois dur.

Mon retour d'expérience sur le sujet :
- c'est difficile !
- le scalpel doit être parfaitement affuté
- il doit être tenu fermement sans trembler
- il faut retirer peu à peu la matière en essayant le sautereau à chaque coupe
- il est aussi possible de retirer un peu de matière en grattant plutôt qu’en coupant (plus progressif et moins dangereux)
- il faut essayer de suivre la forme de découpe indiquée dans le manuel
- il faut voir très clair (éventuellement loupe et un bon éclairage)

- et surtout il faut entendre le résultat et sentir le pincement à travers la touche du clavier

Ensuite la pose de l'étouffoir est plus simple.Néanmoins il faut bien l'ajuster en hauteur pour qu'il étouffe complètement la corde, mais s'il est trop bas il empêchera le bec de repasser sous la corde. 
Il faut aussi faire attention à ce qu'il ne déborde pas sur la corde voisine.
 

mardi 27 mars 2012

Mise en place des sautereaux (suite)

J'ai terminé la mise en place des 57 sautereaux :


Quelques remarques :
- il faut ajuster le sautereau par rapport au registre pour qu'il coulisse sans effort. Quelquefois il faut les retoucher en largeur car trop serrés ils s'entraînent l'un l'autre.
- il faut tailler le pied du sautereau afin qu'une touche n'en entraîne pas deux à la fois.
- le ressort de la languette doit être bien positionné dans son logement (s'il dépasse il va s'accrocher et se tordre dans le registre !!!)
- pour que le bec repasse sous la corde, il faut le mettre à longueur avec une coupe en biseau, et que le sautereau ne soit pas trop haut sous la corde. Il faudra éventuellement le raccourcir.

Maintenant tous les sautereaux fonctionnent à peu près, c'est à dire qu'ils pincent la corde de manière très inégale (et il faut le dire pour certains avec un son peu agréable !)

Il me reste maintenant à tailler les becs pour réaliser une première pré-harmonisation. Je pense que lors de cette première passe il faudra probablement rallonger quelques sautereaux dont les becs retombent un peu trop bas.

mercredi 21 mars 2012

Mise en place des sautereaux

Les sautereaux livrés avec ce kit sont dénommés "simplifiés" en fait ils sont en bois et très proches des sautereaux traditionnels mais de fabrication plus "industrielle".
Un sautereau comprend 3 éléments. Dans les photos ci-dessous nous avons :
- le sautereau
- la languette
- un plectre en delrin


Le montage est très simple

on pose la languette sur son axe et elle se clipse en appuyant sur l'arrière :


La languette vue de l'autre coté du sautereau :
 

Ensuite il faut insérer dans la fente de la languette un plectre :


Comme on le voit sur la photo suivante, le plectre n'est pas encore ni taillé ni mis à longueur 


Il faut ensuite couper les sautereaux à la bonne longueur de façon à ce que le bec soit à la bonne hauteur sous la corde. Après traçage la découpe est effectuée avec une scie à chantourner.



Ensuite les sautereaux sont installés dans leur registre et ajustés pour qu'ils puissent coulisser facilement.
Les becs sont coupé à longueur pour que le sautereau fonctionne : pincement de la corde et basculement de la languette.

 

 

 

Voici les 12 premiers sautereaux installés et fonctionnels : on entend des sons en enfonçant les touches du clavier !!!

Voilà qui est encourageant pour continuer avec les 45 sautereaux suivants ...

mardi 13 mars 2012

Pointage du sillet

Maintenant toutes les cordes sont montées :


Comme on le voit sur cette photo, il n'y a pas de pointe sur le sillet et les cordes sont placées n'importe où par rapport au registre.

Il est donc maintenant nécessaire de pointer l'emplacement de la corde sur le sillet, percer, et mettre une pointe. Pour ce faire on utilise deux sautereaux munis d'un bec coupé à la longueur où doit affleurer la corde. On voit sur la photo suivante ce dispositif (les deux autres sautereaux ne servent qu'à maintenir les deux premiers) :



Ensuite il faut positionner les deux cordes de façon à affleurer les becs et pointer le sillet.
 

La précision n'est pas si facile à obtenir, J'ai été contraint quelquefois de recommencer ou bien de tordre légèrement les pointes pour replacer la corde.


Et voila ce premier travail terminé.

Pour terminer le cordage il reste encore 2 opérations :

- le contre-pointage des basses : ce dispositif permet de soulager la table de la tension des cordes basses et d'assurer un meilleur appui sur le chevalet :
 


- la mise au diapason : il ne s'agit pas encore d'un accord précis, mais de mettre en tension les cordes au diapason retenu (ici 415) avant d'attaquer la mise en place des sautereaux :


Pour la première fois on commence à entendre le son de l'instrument ...

dimanche 22 janvier 2012

Cordage

Avant de commencer la pose des cordes, j'ai réalisé une réglette en bristol avec le nom des notes pour chaque cheville. L'ordre des chevilles n'est pas si évident qu'il n'y parait et je pense que c'est une bonne précaution.


Ensuite il s'agit de la pose classique de cordes de clavecin. J'ai déjà expliqué ça dans mon site Musimeca (voir construction du clavicorde). Il existe également des vidéos très explicites sur le site du facteur de clavecin australien Carey Beebe.
Il faut commencer par effectuer une bouclette qui permet d'accrocher la corde sur les pointes précédemment posées.

  

Ensuite la corde est enroulée sur la cheville enfoncée dans son trou au moyen d'un marteau et d'une cale pour la hauteur d'enfoncement.


J'ai commencé par les basses. Voici les 11 premières cordes posées. Il n'en reste plus que 46 !
Pour les 57 cordes il y a 10 diamètres différents et trois alliages : cuivre, laiton, et acier étamé.